Un nouveau "membre" dans la famille

 La fille au pair, bien que ce ne soit pas toujours une fille, a minimum 17 ans (il peut en avoir 16 s’il a l’accord de son responsable légal et de l’inspection du travail) et il s’agit très souvent d’une étudiante de nationalité étrangère, bien qu’elle puisse aussi être française. En échange d’une activité, on la loge et la nourrit ; elle, profite de ce statut de nounou multitâches (elle peut s’occuper de vos enfants comme de votre maison) pour s’imprégner (ou pas) d’une nouvelle culture et progresser (ou pas) dans la langue du pays.

L’avantage est qu’elle est constamment présent (hors jours de repos) et dispose d’une marge horaire assez large.

The whole world right in front of him

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 types de jeune au pair

Par abus de langage, on les range sur le même étage. Pourtant, ils sont bels et biens différents.

Pourquoi dit-on "au pair" ?

Littéralement, l’expression veut dire « à parité », « à égalité ». Non pas parce que le jeune au pair prend le rôle du parent mais parce qu’il fournit un travail (la garde d’enfants) et en échange il est nourri, logé et blanchi !

L'employé au pair

Introduisons premièrement l’employé au pair. Celui-ci a le statut de salarié à domicile ; il dépend donc de la CCN des salariés du particulier employeur, comme la nounou à domicile. Agé de 18 ans minimum (sans maximum), il est étudiant ou non, de nationalité étrangère (en situation régulière, bien entendu) ou aussi français que vous et nous.

Le contrat

Il signe un contrat de travail sur appui de la convention en vigueur, notamment pour préciser le logement et définir ses tâches. Ces dernières sont plus élargies que celles d’une simple nounou : tâches ménagères, repas, jardinage peuvent faire partie du travail de l’employé au pair.

Alors comme tout salarié, l’employé au pair bénéficie du droit aux congés payés ; le système fonctionne comme celui de ses collègues.

Le stagiaire aide familiale

Vient ensuite le stagiaire aide familiale, qui est étudiant étranger et non salarié.

S’il est non-européen, il doit avoir entre 17 et 30 ans, doit suivre des cours de français spécialisés pour étranger (qu’il paye lui-même) et n’est là que temporairement : sa carte de séjour lui est délivrée que pour une durée limite (12 mois renouvelables). En outre, sa période d’accueil va de 3 mois minimum à un an, 18 mois maximum en prolongeant.

S’il est citoyen européen, il peut librement séjourner en France pendant 5 ans.

Le contrat

Comme dit précédemment, le stagiaire aide familiale n’est pas salarié. Pour en accueillir un à votre domicile, il vous faut constituer un dossier dont la pièce principale est l’accord de placement au pair d’un stagiaire aide familiale (Cerfa n°61-2116 – à éditer en 4 exemplaires), que l’on peut trouver sur le site du Service Public et qu’il faut signer avant que l’intéressé ne quitte son pays. C’est un accord écrit qui établit la relation entre les deux parties et qui précise les points suivants :

  • Droits et obligations de chaque partie, notamment les conditions d'accueil du stagiaire (chambre individuelle ou non par exemple)
  • Prestations dues
  • Horaires de travail
  • Conditions de rémunération

Attention !

Votre jeune au pair doit avoir sa propre chambre.

 

→ S’il n’est pas ressortissant de l’UE

Après l’avoir inscrit à un cours de français pour étrangers, en oubliant pas de demander un justificatif d’inscription, en tant que famille accueillante vous devez ensuite faire valider votre accord en envoyant votre dossier à la Direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi, anciennes DDTEFP) en ajoutant les pièces suivantes :

  • Un justificatif, pour toute la durée du séjour, de l’inscription du stagiaire à des cours de français, en France ;
  • Un certificat médical datant de moins de 3 mois ;
  • Une attestation de son niveau d’études ;
  • Une lettre de motivation du stagiaire.

La validation de votre accord de placement est un critère nécessaire pour la demande de titre de séjour mention étudiant. Le stagiaire non-ressortissant de l’UE s’occupe lui-même de l’obtention de son visa de long séjour et une fois en France, vous (ensemble) devez rapidement le faire valider par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), au moyen d’un formulaire de demande.

A l’obtention de ce visa, la Direccte vous délivre une autorisation provisoire de travail et un contrat d’accueil, que les deux parties doivent signer et dont un exemplaire doit être remis à l’URSSAF. Enfin, vous le déclarer à l’URSSAF dans les 8 jours suivant l’accueil du stagiaire au pair.

→ S’il est citoyen européen

Après l’avoir inscrit à un cours de français pour étrangers, en oubliant pas de demander un justificatif d’inscription, vous n’avez plus qu’à le déclarer à l’URSSAF.

→ Coûts et modalités